V. Setúbal-Sp. Braga (antevisão): duplo electrocardiograma na clínica do Bonfim

Siga todas as incidências do V. Setúbal-Sp. Braga neste domingo a partir das 18h00 no AO MINUTO do Maisfutebol

MOMENTO

V. Setúbal: a equipa de José Couceiro está a apenas um ponto de igualar o registo que alcançou em 2015/16, mas nas últimas três jornadas só conseguiu somar um ponto. Curiosamente, o último triunfo foi na receção ao Benfica (1-0 a 30 de janeiro). Ainda assim, os resultados no Bonfim têm sido, na generalidade, favoráveis aos setubalenses, que não perdem para o campeonato dentro de portas desde novembro passado.

Sp. Braga: os minhotos não venceram nos últimos cinco jogos realizados para a Liga. Série negra que faz com que o conjunto de Jorge Simão chegue ao Bonfim no quinto lugar da Liga, atrás do rival V. Guimarães, que venceu o Moreirense. Desde que assumiu o comando técnico dos «arsenalistas», Jorge Simão somou apenas duas vitórias em oito partidas para o campeonato e perdeu a final da Taça da Liga. Um «cartão de visita» que está longe de agradar aos adeptos.

AUSÊNCIAS

V. Setúbal: Fábio Cardoso (lesionado); Mikel Agu (em dúvida)

Sp. Braga: Baiano, Ricardo Ferreira, Velázquez, Mauro, Wilson Eduardo e Hassan (lesionados); Pedro Santos (castigado)

DISCURSO DIRETO

José Couceiro: «O Sp. Braga quer inverter o seu ciclo da mesma forma que nós queremos fazê-lo com o nosso, uma vez que não ganhamos há três jornadas. Espero um oponente dentro do que nos tem habituado, à imagem do que fez no último jogo com o Benfica, momento em que fizeram uma boa exibição, apesar da derrota»

Jorge Simão: «[O V. Setúbal] É um adversário que em casa dificulta muito a vida aos adversários. Trata-se de uma boa equipa, bem treinada e que vai criar dificuldades. Mas o foco é aquilo que nos guia: queremos associar o que temos vindo a fazer com uma vitória»

HISTÓRICO DE CONFRONTOS:

V. Setúbal e Sp. Braga já se defrontaram para a Liga em 105 ocasiões. Os minhotos lideram o mano-a-mano com 48 vitórias contra 32 derrotas, mas no Estádio do Bonfim os sadinos costumam ser mais felizes, com 25 triunfos e 14 desaires em 52 duelos. Ainda assim, o histórico recente não é favorável ao Vitória, que não leva a melhor sobre os bracarenses em casa desde setembro de 2007 e já leva 19 encontros sem vencer a contar para todas as competições internas.

EQUIPAS PROVÁVEIS

V. Setúbal:

Outros convocados: lista não divulgada

Sp. Braga:

Outros convocados: Matheus, Djavan, Lucas, Martínez, Cartabia, Vukcevic e Rodrigo Pinho

Autore: Maisfutebol

Approfondisci

Foot – ALL – Bayern – Carlo Ancelotti «8-0, le match parfait !»

Foot Allemagne Bayern

Publié le | Mis à jour le

Les joueurs du Bayern Munich ont anéanti Hambourg samedi (8-0) pour le 1000e match de leur entraîneur Carlo Ancelotti.

Carlo Ancelotti (entraîneur du Bayern de Munich) : «C’était une journée parfaite, un match parfait. On a très bien joué, avec un très bon état d’esprit. J’avais demandé à mes joueurs de faire un bon match pour mon millième match. Mais je ne m’attendais pas à un aussi bon match. Ils ont très bien joué et je suis très heureux. J’aimerais voir la même attitude lors du prochain match, le même état d’esprit.»

Rédaction

Autore: L’Equipe.fr Actu Football

Approfondisci

Benfica «apostado em fazer ainda mais história com o tetra»

O presidente do Benfica, Luís Filipe Vieira, enalteceu o papel dos sócios na vida do clube e apelou ao seu apoio à equipa de futebol para atingir o objetivo inédito da conquista do tetracampeonato.

Numa cerimónia de entrega de anéis de platina e emblemas de dedicação aos sócios, realizada no Pavilhão nº 2 do Estádio da Luz e que marcou o início das celebrações dos 113 anos do clube , que se cumprem terça-feira, o líder do Benfica vincou ainda que a aposta continuará focada nos resultados.

«Não será por voarmos mais alto que deixaremos de ter os pés no chão e contar com quem sempre esteve connosco. E neste momento em que comemoramos 113 anos, estamos apostados em fazer ainda mais história com a conquista do tetra. Com o vosso apoio, continuamos a recuperar confiança, ganhar sustentabilidade e construir o futuro», afirmou.

Paralelamente, o presidente do emblema da Luz realçou as outras metas para o futuro próximo: «Apostámos na formação e na internacionalização, dinamizámos a rede de 290 Casas do Benfica em Portugal e no Mundo, vamos ampliar as infraestruturas desportivas no Seixal, vamos criar o Centro de Alto Rendimento e lançar a Benfica Rádio».

No discurso proferido perante várias centenas de associados, Luís Filipe Vieira defendeu também a atual gestão do Benfica como um exemplo global «que suscita a atenção de meio mundo» e que «conquista prémios de gestão e títulos desportivos sem nunca deixar de ter como pilar os sócios», que considerou serem «a alma e o coração» do clube.

Autore: Maisfutebol

Approfondisci

Foot – L1 – PSG – Thiago Motta (PSG), un cadre qui s’accroche

Foot Ligue 1 PSG

Publié le

À 34 ans, Thiago Motta a toujours autant d’influence sur le jeu du PSG, mais l’émergence d’Adrien Rabiot pourrait pousser l’Italien, libre en fin de saison, à un peu plus partager avant de partir.

Football - Ligue 1 - Thiago Motta fait face à la concurrence d'Adrien Rabiot. (S. Mantey/L'Equipe)

Thiago Motta fait face à la concurrence d’Adrien Rabiot. (S. Mantey/L’Equipe)

Hors des pelouses, où il est bien connu pour être l’un des joueurs les plus râleurs de Ligue 1, Thiago Motta n’est pas du genre à se plaindre. Depuis son arrivée au PSG en janvier 2012, le milieu expérimenté (34 ans) a rarement fait part de ses états d’âme. Ce n’est donc pas maintenant, au crépuscule de sa carrière, qu’il va changer. À quelques mois de la fin de son contrat, l’international italien (30 sélections) vit pourtant une saison contrastée.

Cadre encore plus écouté depuis le départ de Zlatan Ibrahimovic, il n’a jamais eu autant de poids dans le vestiaire. Et jusqu’à il y a quelques jours encore, son leadership n’était pas remis en cause non plus sur le terrain. Mais la formidable prestation d’Adrien Rabiot face au Barça (4-0) a rebattu les cartes. Au point de s’interroger sur le rôle à jouer du vice-capitaine parisien.

Prêt à passer le relais à Rabiot ?

Suspendu et absent en huitième de finale aller de la Ligue des champions, l’ancien Catalan a observé comme tout le monde ce jour-là les gros progrès effectués par son jeune partenaire. Mais pas question de montrer le moindre signe de jalousie. «On est très contents d’avoir un joueur comme Adrien. C’est un garçon qui a beaucoup grandi et qui s’est beaucoup amélioré, expliquait l’aîné au sujet de son cadet, après le résultat nul du PSG contre Toulouse (0-0), dimanche dernier, match au cours duquel les deux hommes avaient été associés. Avec Verratti et Marquinhos, ils sont l’avenir du PSG.»

En cinq ans à Paris, de Mathieu Bodmer à Benjamin Stambouli en passant par Yohan Cabaye, Thiago Motta en a côtoyés des milieux défensifs susceptibles de lui succéder. Mais face à la concurrence et à l’évidence, tous ont fini par partir. La situation est différente désormais et pour la première fois, l’Italien semble disposé à passer le relais. En novembre dernier, son club traversant alors une mauvaise passe, il envisageait même de prendre sa retraite dès la fin de cette saison. Mais son esprit de compétiteur l’avait vite rattrapé, et en début d’année, les victoires aidant, plus rien n’était aussi sûr.

«Je me sens ici comme chez moi»

«Aujourd’hui, si tu me demandes, je veux rester au PSG toute ma vie, affirmait-il en janvier, sur Canal +. Je me sens ici comme chez moi. Je suis content et si le club l’est aussi, alors pourquoi pas (prolonger) ?»

À l’été 2015, les négociations pour son renouvellement de contrat avaient failli déboucher sur une rupture et un départ du joueur à l’Atlético de Madrid. C’est le seul moment où Thiago Motta a exprimé sa frustration de jouer à Paris. Mais les choses étaient ensuite vite rentrées dans l’ordre et le métronome avait repris ses habitudes dans l’entrejeu parisien.

Cette saison, il reste le joueur ayant réussi le plus de passes parmi les cinq grands championnats européens (1826, le 10 février), ainsi qu’en Ligue des champions en moyenne (87), devant son partenaire privilégié, Marco Verratti. Si le trentenaire se maintient à un tel niveau, c’est en partie grâce à son association technique avec son jeune compatriote.

Thiago Motta et Marco Verratti sont des partenaires particuliers. (P. Lahalle/L'Equipe)

Thiago Motta et Marco Verratti sont des partenaires particuliers. (P. Lahalle/L’Equipe)

3184 Thiago Motta et Marco Verratti sont les deux joueurs qui se sont échangés le plus de passes en L1 depuis la saison 2006-2007. (Opta)

En Chine ou au Qatar avant d’entraîner ?

«J’essaye d’aider, disait aussi Motta dans le Canal Football Club. Peut-être que je n’ai pas encore atteint mon top ou peut-être que je vais régresser à présent, mais je suis là.» Pour combien de temps encore ? «Longtemps», voire «plusieurs années», selon son entraîneur Unai Emery, qui à défaut de le maintenir dans son équipe type, pourrait en faire l’un de ses adjoints l’an prochain. Ce qui semble-t-il ne serait pas pour déplaire à l’intéressé, convoité aussi par le Qatar et la Chine, et dont le «rêve serait de faire une grande carrière d’entraîneur».

H.S.

Autore: L’Equipe.fr Actu Football

Approfondisci

Foot – ITA – Roma – Accord trouvé pour la construction du nouveau stade de la Roma

Foot Italie Roma

Publié le

La ville de Rome a trouvé un accord avec la direction du club pour un nouveau projet de stade «innovant, un projet 2.0». Le dossier était au point mort depuis plusieurs mois.

Football - Championnat d'Italie - Le Stadio Olimpico accueille déjà la Lazio et les équipes nationales de rugby et de football.  (L'Equipe)

Le Stadio Olimpico accueille déjà la Lazio et les équipes nationales de rugby et de football. (L’Equipe)

Au point mort depuis plusieurs mois, le projet de construction d’un nouveau stade pour la Roma, vieux de cinq ans, a fait l’objet d’un accord entre les dirigeants du club de la capitale et la ville, vendredi soir. «Nous voulions un stade respectueux de l’environnement, dans l’intérêt des citoyens, et nous y sommes parvenus», s’est réjouie la mairie Virginia Raggi (M5S, populiste), qui s’était montrée réticente sur ce projet décidé sous le mandat de son prédécesseur démocrate Ignazio Marino.

Le stade doit voir le jour dans le quartier de Tor di Valle, au sud-ouest de la capitale. Élue en juin dernier, Raggi lui reprochait notamment une surface trop importante réservée à un quartier d’affaires, prévu à proximité du stade, et comprenant trois hautes tours. «Le volume de bureaux a été réduit de 60% pour le quartier d’affaires, il n’y aura plus de tours mais des édifices bas, intégrés au panorama», a précisé la maire, qui a parlé d’un «projet innovant, un projet 2.0». Le nouveau stade a pour but de désengorger de le Stadio Olimpico, qui accueille déjà la Lazio, mais aussi les équipes nationales de rugby et de football. Le projet est estimé à 1,3 milliard d’euros.

avec AFP

Autore: L’Equipe.fr Actu Football

Approfondisci